PATRIMOINE – La Maison Lasserre arbore  l’unique mascaron créole de la rive droite de Bordeaux PATRIMOINE – La Maison Lasserre arbore  l’unique mascaron créole de la rive droite de Bordeaux

Un mascaron exceptionnel représentant un « négrillon » découvert à la Bastide sur les ruines d’un ancien entrepôt de la maison Lasserre née dans le rhum pendant la période coloniale.

C’est une découverte exceptionnelle que nous venons de faire d’un des symboles de l’époque coloniale, esclavagiste et raciste de Bordeaux.

En effet, la bourgeoisie bordelaise a tant méprisé la rive droite qu’elle en avait fait une « Terra Incognita » réservant exclusivement à sa rive gauche les signes de son orgueil colonial où elle concentrait institutions administratives, financières, maritimes, entrepôts et magnifiques hôtels particuliers arborant, selon la mode architecturale du 18e siècle, des mascarons créoles.

Ces magnifiques visages sculptés dans la pierre blanchie bordelaise ont commencé à avoir des traits africains avec le développement fulgurant du commerce colonial bordelais qui a fait de la ville le port français qui s’est le plus enrichi grâce à l’esclavage des noirs et de leurs descendants. A Bordeaux, les commerces triangulaires et en droiture étant indissociables de l’entreprise criminelle de déshumanisation qui a accouché du monstre du racisme.

Cette spectaculaire prospérité du commerce colonial bordelais, malgré l’abolition officielle de l’esclavage en 1848, se nourrira d’une irrépressible ambition d’extension qui aboutit à l’annexion du quartier de la Bastide où vient d’être découvert ce mascaron créole qui représente les traits d’un adolescent afrodescendant.

C’est le 1er janvier 1865, après des décennies de résistance de la commune de Cenon qui refusait cette annexion, que la rive droite de la Garonne tombe dans l’escarcelle de la ville centre qui va y déployer activités et entrepôts nécessaires à son commerce maritime et à ses industries manufacturières liées à la canne à sucre produite par les descendants d’esclaves encore sous domination coloniale.

 « Que Bordeaux garde ses funestes présents ! Nos prédécesseurs le lui ont déjà dit en 1821, nous le lui répétons aujourd’hui. Nous n’envions pas sa splendeur, qu’elle nous laisse dans notre humilité. Elle fait payer trop cher l’honneur de lui appartenir. […] Bordeaux n’a pour justifier ce projet d’envahissement que la raison du plus fort ». Jean-Baptiste Lagrave, maire de Cenon en 1852

En 1869, deux bordelais, les frères Lasserre, Ernest et Maurice, décident de créer leur propre marque de rhum « Moko »  et en installent un des entrepôts sur la Bastide désormais définitivement propriété de la ville de Bordeaux.

Bati sur la rue Fourteau, juste avant l’ancienne gare d’Orléans, l’entrepôt, dans un style 18e siècle qui n’a rien à envier aux façades des beaux hôtels particuliers de la place de la Bourse, arbore en son sommet la reproduction du visage d’un négrillon (nom donné aux adolescents noirs au 18e siècle) miraculeusement conservé, aux cheveux crépus élégamment sculptés et le visage entouré de tiges de canne à sucre de part et d’autre. Les initiales (AL) probablement d’un des descendants de la famille, Albert Lasserre, sont plusieurs fois inscrits sur le mur du bâtiment laissé à l’abandon mais dont l’épaisse couche de pollution n’arrive à cacher ni la beauté ni la valeur patrimoniale.

Cultivée en Martinique, en Guadeloupe et en Jamaïque, par des populations à peine sorties de l’esclavage mais encore sous les fers de la domination coloniale, la canne à sucre qui est importée par les frères Lasserre bénéficie des dernières techniques de distillation et de vieillissement qui font le succès du rhum « Moko » jusqu’au début des années 1960 qui sonnent le glas de la production et de la distribution de cet alcool bordelais.

Sans égaler les géants et historiques Marie Brizard et Bardinet, des descendants de la famille Lasserre ont repris récemment l’exploitation et s’attachent à perpétuer une tradition industrielle dont la mémoire de la condition des hommes qui en ont assuré les débuts mérite d’être retenue et transmise.

Pays du vin mais aussi du sucre et du rhum dont il a mené le commerce mondial pendant plusieurs siècles, Bordeaux a donc une histoire industrielle indissociable de son aventure atlantique et de ses crimes que furent la traite des noirs, l’esclavage, le colonialisme et le racisme. Des pulsions de vie dont notre vigilance et notre mémoire doivent être les gardiennes !

Karfa DIALLO

CREDITS PHOTO / SYLVIE DUVIGNEAU

VISITE-GUIDEE : BASTIDE ANNEXEE

Dimanche 7 mars à 11h, nous y lançons un nouveau parcours qui va évoquer les traces du racisme dans le quartier de la Bastide et relier la rive gauche par le Pont de Pierre.

Inscrivez-vous : memoires.partages@gmail.com

Patrick Carl

  • Garcia

    28 février 2021 #1 Author

    L’Histoire a eu lieu. Il convient de ne rien effacer, de conserver et d’expliquer, inlassablement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :