USA – Mort de John Lewis, compagnon de Martin Luther King USA – Mort de John Lewis, compagnon de Martin Luther King

Son passage à tabac à la Marche de Selma a choqué l’Amérique et entrainé le vote de la loi sur le droit de vote en 1965

A 80 ans, le sénateur d’Atlanta John Lewis, emblématique militant de la non-violence et des droits civiques aux États-Unis, également ancien compagnon de route de Martin Luther King, est mort. C’est ce qu’a annoncé la Chambre des représentants dont il faisait partie.

En première ligne dans la campagne sanglante pour mettre fin aux lois Jim Crow, avec des coups au corps et un crâne fracturé pour le prouver, M. Lewis était un vaillant pilier du mouvement des droits civiques et le dernier orateur survivant à la Marche historique sur Washington pour l’emploi et la liberté en 1963.

Sa vie est indissociable du mouvement des droits civiques. Membre des 13 premiers Freedom Riders, ces activistes noirs et blancs qui ont défié les voyages interétatiques séparés dans le Sud en 1961, il fut co-fondateur du Comité de Coordination des Etudiants Non-Violents, qui a coordonné les sit-ins de déjeuner-comptoir. Il a participé à l’organisation de la Marche sur Washington, où le principal orateur sur les marches du Lincoln Memorial était le révérend Dr. Martin Luther King Jr.

Toilettes, hôtels, restaurants, parcs publics et piscines à ségrégation raciale, il traqué et combattu toutes les indignités de citoyenneté infligées aux noirs américains. Particulièrement visé par la police, il a été de nombreuses fois brutalisés par des extrémistes et par les policiers.

Le 7 mars 1965, en Alabama, il a dirigé l’une des marches les plus célèbres de l’historie américaine.

Elu sénateur d’Atlanta en 1986, John Lewis a continué ses campagnes de protestations. Il a été arrêté à plusieurs reprises à Washington, notamment devant l’ambassade d’Afrique du Sud pour avoir manifesté contre l’apartheid et à l’ambassade du Soudan alors qu’il protestait contre le génocide au Darfour.

Plus d’un demi-siècle plus tard, après le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020, un Noir en garde à vue à Minneapolis, le sénateur Lewis s’est félicité des manifestations mondiales qui en ont résulté contre le racisme systémique et les meurtres de Noirs par la police. Il les voyait comme une continuation de l’œuvre de sa vie, bien que sa maladie l’ait laissé à regarder de la ligne de touche.

« C’était très émouvant, très émouvant de voir des centaines de milliers de personnes de toute l’Amérique et du monde entier descendre dans la rue — pour prendre la parole, pour s’exprimer, pour entrer dans ce que j’appelle de « bons problèmes », a déclaré M. Lewis

Lors des obsèques de George Floyd, plusieurs des compagnons de Martin Luther King avaient appelé à une réédition de la Marche de Washington le 28 aout prochain.

Patrick Carl

  • Valèriano Garcia

    18 juillet 2020 #1 Author

    Un homme qui a subi moralement et physiquement, sa vie durant, injures, coups et humiliations pour cette grande cause mérite sa place dans l’Histoire et nos mémoires.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :