BIARRITZ – Galery Gourret, un ex-conseiller municipal engagé contre le nom « la négresse » (ITW-VIDÉO) BIARRITZ – Galery Gourret, un ex-conseiller municipal engagé contre le nom « la négresse » (ITW-VIDÉO)

Somalien de naissance, chef d’entreprise à la retraite, ancien premier secrétaire du parti socialiste à Biarritz, Galery Gourret Houssein a siégé au conseil municipal de la ville pendant plusieurs années.

Militant contre le racisme, impliqué dans la vie sociale et politique de la ville, Galery Gourret se bat depuis de nombreuses années contre l’appellation « la négresse » qui nomme un quartier de la ville, plusieurs établissements mais aussi caricaturalement affichée dans les villes.

Il a témoigné et assisté à l’acte 1 du procés de la négresse qui a prononcé une relaxe pour le militant Karfa Diallo et débouté la police française dont le commissaire Matthieu Valet qui poursuivait pour « rébellion » le bordelais venu protester contre cette appellation lors du sommet du G7 le 22 aout 20219. Un recours administratif a été déposé auprès du tribunal pour l’annulation des délibérations qui ont donné à ce quartier ce nom.

Galery Gourret Houssein est membre de la nouvelle association « Mémoires & Partages Bayonne » qui sera installée le 20 février 2021 dans le cadre du 4e Black History Month.

Dans cette interview accordée à Karfa Diallo, il revient sur les fondements de son engagement et de son espérance.

Patrick Carl

  • lafrancenoire

    25 janvier 2021 #1 Author

    Merci pour cette intervention.

    Répondre

  • Garcia

    28 février 2021 #2 Author

    La stupidité est incommensurable ! Que l’on parle des sexes masculins noirs démesurés ou que l’on évoque par des images inappropriées la supposée lascivité des femmes noires, les légendes et la connerie ont la vie dure. Dans l’un de ses ouvrages, Madame Tania de Montaigne, à propos des prétendus sexes masculins hypertrophiés, s’est sarcastiquement et fort intelligemment questionnée sur les dimensions que seraient susceptibles d’avoir son propre vagin pour accueillir de tels phénomènes. Quant à l’impossibilité de changer le nom du quartier par nostalgie et/ou attachement à une tradition, ceux qui en sont encore là devraient demander aux Iroquois et aux Algonquiens de remettre en pratique la torture et les rites cannibales; la comparaison est à peine exagérée ! Au vingt-et-unième siècle de semblables niaiseries ainsi que l’attachement à des désignations blessantes par conformisme coupable ne devraient plus être !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :