23 AOUT – Journée des révolutionnaires Haïtiens sur «l’impasse Toussaint Louverture» à Bordeaux 23 AOUT – Journée des révolutionnaires Haïtiens sur «l’impasse Toussaint Louverture» à Bordeaux

L’UNESCO a fait du 23 aout la « Journée Internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition »

A Bordeaux, où Toussaint Louverture est toujours honoré par une « impasse », un événement actualise le combat pour l’inversion des valeurs prétendument « honorifiques ».

A l’heure où les héritages urbains de l’esclavage et du racisme sont violemment contestés, il nous a semblé utile de relever des ambiguïtés qui caractérisent le rapport à l’histoire de l’esclavage des noirs et aussi de nous réapproprier les symboles de nos histoires.

«Vivre libre ou mourir », c’est par ce serment que des captifs, réunis au Bois Caïman à St-Domingue, préparèrent l’insurrection réussie de la nuit du 22 au 23 août 1791.

Sous la conduite de Toussaint Louverture, ils prennent possession de l’Ile. En quelques semaines les plantations de la colonie la plus riche d’Amérique, « la perle des Antilles » et « Eldorado des Aquitains », se transforment en un champ de ruine, des milliers de colons sont massacrés.

L’appel aux captifs rebelles par le Commissaire Sonthonax pour renforcer les troupes françaises, face aux assauts anglais et espagnols, est assorti de l’abolition de l’esclavage le 29 août 1793, légalisée par le Décret d’abolition de l’esclavage du 16 pluviôse an II (2 février 1794) voté par la Convention étendant l’abolition aux autres colonies françaises. Mais la paix conclue avec l’Angleterre le 25 mars 1802 permet à Napoléon d’entreprendre le rétablissement de l’esclavage dans toutes les colonies françaises des Antilles. Le 29 janvier 1802, une expédition dirigée par le général Leclerc débarque au Cap Français, qui est incendié par les insurgés. Invité par le général Brunet à son quartier général pour y conférer sur la situation générale du pays, Toussaint Louverture est arrêté le 7 juin 1802. Il sera exilé en France et enfermé, sur ordre du 1er consul, au fort de Joux (Doubs) où il meurt le 7 avril 1803.

Cet événement sans précédent dans l’histoire contemporaine constitua la genèse de la nation haïtienne, devenue première République noire, première République libre d’Amérique et première République issue d’une révolte d’esclaves en 1804, mais aussi marqua le début de la chaîne des abolitions de l’esclavage du 19ème siècle. Cette insurrection ébranla de façon radicale et irréversible le système esclavagiste.

Le 23 août est donc devenu, depuis 2004, à partir de ces faits de résistance et de libération, sous l’égide de l’UNESCO, Journée Internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, rendant ainsi hommage au combat inlassable des captifs pour leur libération.

TOUSSAINT LOUVERTURE (Impasse) – Sise dans le quartier Nansouty, en direction de la barrière de Toulouse, « l’impasse Toussaint Louverture » existe depuis la fin du 19e siècle à Bordeaux. L’ancien port négrier français commerçait, au 18e siècle, quasi-exclusivement avec St-Domingue où 400 000 esclaves africains étaient exploités par 30 000 colons dont prés de 40% sont des Aquitains.

A Bordeaux, plusieurs endroits marquent cette histoire dans la signalétique bordelaise :

  • Rue du Petit-Goave du nom d’une commune haïtienne (quartier Mériadeck)
  • Buste de Toussaint Louverture offert par la République d’Haiti à Bordeaux en 2005 (parc des berges de la bastide sur la rive droite)
  • Statue de Al Pouessi dite Modeste Testas, esclave d’Haïti, affranchie par l’esclavagiste bordelais Testas inaugurée en 2019 (quai des Chartrons en face de la bourse maritime)

PROGRAMME DE LA MATINEE DU DIMANCHE 23 AOUT A 11H

Journée du souvenir de la traite des noirs de l’UNESC0

Quartier Nansouty, Impasse Toussaint Louverture, Bordeaux

11h – Cérémonie en hommage aux résistants contre l’esclavage

En présence des autorités civiles et militaires

Dépôt de gerbe – discours

11h 30 – Interventions musicales et artistiques

12h – Fin de la cérémonie

Patrick Carl

  • Garcia

    17 août 2020 #1 Author

    Toussaint Louverture mérite mieux qu’une impasse ! Une rue à défaut d’un boulevard ! Une avenue, si l’on veut rendre justice !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :