1er ANNIVERSAIRE – Les chantiers de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage 1er ANNIVERSAIRE – Les chantiers de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage

Membre de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage, Mémoires & Partages salue la première année difficile, en raison de la pandémie du coronavirus, d’une institution indispensable au partage des mémoires de la résistance contre l’exploitation et le racisme.

Créée officiellement le 12 novembre 2019 par l’Etat Français, la Fondation pour la Mémoire de l’esclavage est le fruit d’un processus démocratique dans lequel tous les réseaux associatifs, universitaires et institutionnels, qui œuvrent pour la mémoire de l’esclavage, ont été sollicités et associés.

Une mission de préfiguration a, pendant deux années, permis de faire participer tous les acteurs à l’élaboration des trois grands thématiques qui la guident : l’histoire par l’acceptation de l’histoire mondiale de la France, la culture par la célébration des héritages et la citoyenneté pour poursuivre le combat contemporain pour l’égalité.

Présidée par Jean-Marc Ayrault, ancien premier ministre, elle remplace le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage qui a été le premier organe gouvernemental créée à la suite de la Loi Taubira en 2001.

Pour son président, la Fondation « va maintenant dire à tous comment cette histoire a radicalement transformé la France, dans sa population, dans sa culture, dans ses valeurs ; comment elle a créé entre les peuples d’Europe, d’Afrique et d’Amérique un lien indissoluble et singulier ; comment la lutte contre l’esclavage – et d’abord celle des esclaves eux-mêmes – a fortifié la République en faisant avancer, partout, les principes inaliénables de liberté et d’égalité. Elle aidera ainsi à comprendre d’où vient la diversité française et ce qui fait sa richesse aujourd’hui. »

Pour peser sur le débat public, lutter contre les fractures mémorielles et faire partager l’histoire de l’esclavage, la Fondation s’est dotée de quatre conseils, instances consultatives et représentatives : conseils des territoires, conseils des mécènes, conseil scientifique et conseil d’orientation.

Membre du conseil d’orientation de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, Karfa Diallo, fondateur-directeur, représente Mémoires & Partages dans les instances de l’institution.

Pour Karfa Sira Diallo « Malgré un démarrage ralenti par la pandémie du coronavirus, la Fondation pour la mémoire de l’esclavage a réussi à gagner une réelle visibilité auprès des acteurs de la mémoire mais aussi auprès du grand public, notamment par son investissement sur les réseaux sociaux. Il faut à présent gagner la bataille de l’efficacité en apportant une plus-value aux acteurs de terrain mais aussi au monde enseignant et de la recherche. L’engagement de notre association, à Bordeaux, à La Rochelle, au Havre mais aussi au Sénégal, à travers les outils d’éducation populaire à la mémoire partagée mais aussi à travers notre action critique sur les oublis, sur les héritages et les violences contemporaines, sera plein et entier pour contribuer au succés des objectifs de la fondation.»

Pour l’année 2021, malgré les incertitudes liées à la pandémie, il y a notamment deux grands chantiers qui l’occuperont :

1- L’appropriation des Appels à projets : culture, citoyenneté, éducation et recherche

2- Les 20 ans de la loi Taubira qui, en 2001, avait déclarée la traite et l’esclavage des Noirs crimes contre l’humanité

Pour en savoir plus : https://memoire-esclavage.org

Patrick Carl

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :